Étiquette: ‘graphisme’

Le Collège Salette devient partenaire d’Illustration Québec

Programme en Illustration publicitaire

Par sa mission, Illustration Québec (IQ) est un partenaire naturel du Collège Salette. Pendant que l’un offre visibilité, conseils professionnels et réseautage aux Illustrateurs, l’autre apprend le métier de l’illustration à la relève.

Depuis que le programme en Illustration publicitaire existe chez Salette, une visite de l’association est organisée pour chaque nouvelle cohorte d’étudiants en Illustration graphique. Marc Lalumière, Illustrateur et Chargé de cours au Collège, a d’ailleurs accompagné tout récemment ses élèves à la découverte de l’équipe d’IQ, en leur présentant les nombreux avantages à devenir membre de l’association.

Illustration Québec

« C’est une vraie chance de pouvoir compter sur une association aussi active et engagée dans le soutien et la diffusion des artistes québécois en Illustration. Nous sommes très fiers et heureux d’avoir renforcé nos liens avec Illustration Québec, nous marchons sur le même chemin depuis longtemps! », explique Ginette Gervais, Directrice du Collège Salette.

Programme en Illustration publicitaire

Il est vrai que bon nombre des anciens étudiants de Salette sont membres d’IQ : Michel Rabagliati, Marie Mainguy, Marie-Anne Campeau Duplessis, Louis-Philippe St-Laurent… Ainsi que plusieurs intervenants ou Chargés de cours : Bruce Roberts, Mireille Levert, Philippe Béha, Marc Lalumière… La liste est longue!

« Nous sommes heureux d’avoir consolidé nos liens avec le Collège Salette. Ce dernier a formé plusieurs illustrateurs de talents qui œuvrent aussi bien au Québec qu’à l’international. Avec ce partenariat, nous nous assurons de donner accès à cette relève à des informations et des conseils pertinents qui pourront les aider tout au long de leur carrière », conclut Nicolas Trost, Directeur général d’Illustration Québec.

Programme en Illustration publicitaire

 

Portrait de Daniel Charron, Partenaire et créatif chez Indent Communications Ltée et ex-étudiant Salette

PORTRAIT D’EX-ETUDIANT DU COLLÈGE SALETTE

Daniel Charron, Partenaire et créatif chez Indent Communications Ltée et ex-Republik (Fondateur), a immédiatement accepté de partager avec nous son expérience d’homme de communication.

Créatif doté d’un fort talent d’entrepreneur, il s’est rapidement imposé sur la scène montréalaise et poursuit aujourd’hui sa carrière à Toronto.Son parcours est riche et sa vision du métier très inspirante, découvrez-les à travers notre jeu de “question-réponse”…

Daniel Charron

Q/ Collège Salette : Y a-t-il eu un déclencheur qui vous a amené à exercer votre métier? Si oui, quel est-il?
R/ Daniel Charron : Je me souviens que très jeune, je découpais des pubs dans les magazines de ma mère et je les pliais soigneusement dans une boîte à chaussure. J’aimerais bien avoir cette boîte de trésors aujourd’hui.

CS/ Pouvez-vous nous parler de votre métier, de votre double rôle de créatif et d’entrepreneur?
D.C./ Trop souvent dans ma carrière j’ai été témoin de combats entre entrepreneurs et créatifs. L’envers de la médaille, je l’ai vécu en démarrant ma propre agence.

CS/ Qu’est-ce qui caractérise votre façon de travailler?
D.C./ Je suis un minimaliste de nature, partant d’une stratégie avec un seul but et d’une création avec un seul message.
Lorsque je révise une campagne avant de la présenter au client, je demande toujours
« qu’est-ce qu’on peut enlever au lieu de rajouter ? ».

Portfolio - Daniel Charron
Portfolio de Daniel Charron

CS/ Quelle est votre vision de votre métier?
D.C./ 
Narcissique. Égoïste. Trop se considèrent comme le nombril du monde. Mais il y a aussi certaines personnes que vous allez rencontrer en cours de route, qui par un simple geste de générosité ou un conseil pourraient changer votre parcours.

CS/ Qu’est-ce qui vous inspire ou passionne dans votre métier?
D.C./ C’est un des seuls métiers qui nous permet de côtoyer une gamme de gens de toutes les industries
. On peut passer de l’industrie alimentaire à une cause sociétale ou créer une nouvelle image de marque dans la même journée.

C.S/ 3 conseils à donner aux étudiants dans votre domaine
D.C./

  1. Si vous avez peur, vous n’irez jamais nulle part.
  2. Si vous n’avez pas peur, assurez-vous d’être bien préparé.
  3. Un «NON» est plus bénéfique qu’un «OUI». Ça vous oblige à revoir votre stratégie et votre concept. Et dans 99 % des cas, vous revenez avec une meilleure solution.

CS/ Avez-vous une anecdote à partager sur votre passage au Collège Salette?
D.C./ 
Il était intéressant de voir plusieurs années plus tard, la diversité des carrières que mes acolytes ont prises. On connaît toujours le présent, mais personne ne peut prévoir avec certitude l’avenir. Le cheminement est parfois plus intéressant que la destination.

CS/ Qu’est-ce que la créativité selon vous?
D.C./ La pure créativité est rare
. « Une version adaptée de… » n’est pas de la créativité, ce qui arrive trop souvent. Lorsqu’on est capable de capter l’attention d’une personne pour un minimum de temps et de lui laisser un souvenir positif, je crois qu’on a atteint un minimum de créativité.

 

BIOGRAPHIE

Présentement président, directeur de la création chez Indent, une agence spécialisée en publicité politique et affaires publiques. En 2007, je me suis joint à l’agence Saatchi & Saatchi pour assurer la gestion de la création en français et la planification stratégique de tous les projets de P&G, Novartis et Toyota, qui constituent la majeure partie de notre clientèle. Étant bilingue, j’ai très tôt été appelé à participer aux différents aspects de la démarche créative, tant en anglais qu’en français. Au cours de mon séjour, j’ai travaillé sur des marques mondiales telles que Tide, Head & Shoulders, Crest, Iams, Buckley et Voltaren. Quant à Toyota, j’ai été responsable de certaines campagnes de marque principale, de marque, et de campagnes stratégiques. J’ai également réalisé une campagne de messages d’intérêt public pour MADD, comprenant des annonces imprimées et au cinéma.


Manoeuvres présentation de Jean Blais

Avant de me joindre à Saatchi, j’ai été pendant 9 ans directeur de création chez Republik, agence que j’ai fondée à Montréal, et j’ai agi à titre de président pendant la première moitié de cette période. Mes responsabilités comportaient trois volets : bâtir une agence avec des talents exceptionnels dans des services complémentaires, offrir de solides compétences en publicité et en design, et ce, en conformité avec des paramètres stratégiques définis.

En 2005, j’ai relancé le magazine Manœuvres, une publication format géant (26 po x 38 po) qui avait été interrompue pendant 12 ans. Manœuvres a reçu plusieurs prix prestigieux, fait l’objet d’une couverture médiatique pancanadienne pour son innovation et, pour couronner le tout, d’un article dans le New York Times. 

Avant Republik, j’étais associé, vice-président et directeur de création chez Nolin Larosée Design (aujourd’hui Nolin/BBDO).

En tant qu’ancien directeur artistique et graphiste, je fournis un travail qui se distingue par son élégance et son originalité. L’aspect esthétique de chaque projet est une partie essentielle de mon travail. Pas seulement visuellement, mais aussi conceptuellement.

 

PRIX ET MENTIONS
Daniel Charron a reçu plus de 150 prix sur la scène internationale tout au long de sa carrière.

Cannes Shortlists

  • Télé/Cinéma – Client : Novartis/Sirop Buckley
  • Numérique – Client : Toyota Matrix

Advertising and Design Club of Canada
Logo – Client : TA2 Sound & Music logo

Your Honor Awards (Atlanta)
Campagne de l’année, Première place – Client : Cabinet d’avocats Blakes

Grafika

  • Annonce magazine – Client : Cabinet d’avocats Woods
  • Logo – Client : Moquin Attitude Meubles

Applied Arts

  • Logo – Client : Fondation du Centre jeunesse de Montréal
  • Logo – Client : Magazine Manœuvres
  • Parution unique – Client : Magazine Manœuvres

6e édition du concours Lux
Série de designs d’affiches – Client : Infopresse

Coupe International Design and Image Competition
Panneau – Client : Moquin Attitude Meubles

Graphis
Services professionnels/Annonces Perceuse, Clou, Scie – Client : Cabinet d’avocats Woods

Graphex 03

  • Prix d’excellence/Emballage – Client : Boisson énergie Grüv
  • Prix du mérite/Publicité imprimée – Client : Boisson énergie Grüv
  • Prix du mérite/Design – Client : Habitat 67
  • Prix du mérite/Design – Client : Magazine Grafika
  • Prix d’excellence/Logo – Client : Boisson énergie Grüv

Les Prix de l’Institut de Design Montréal
Prix d’excellence/Emballage – Client : Boisson énergie Grüv

Magazine du Québec

  • Grand Prix/Design – Client : Magazine Grafika
  • Commerce interentreprises/Publicité imprimée – Client : Republik
  • Commerce interentreprises/Publicité imprimée – Client : KPMG

Publicité-Club de Montréal
Prix d’excellence – Client : Boisson énergie Grüv

 

Début du deuxième projet dans le cadre du partenariat entre Atypic et le Collège Salette : du design pour la bonne cause

Après le succès remporté fin mars par le mandat livré à l’Association des professionnels en gestion philanthropique (APGP), le partenariat entre la firme Atypic, spécialisée auprès des organismes du secteur pluriel et le Collège Salette continue. Le prochain organisme à bénéficier de cette entente est la Fondation CSSS Jeanne-Mance.

Fondation CSSS Jeanne-Mance

À la mi-mai, Guylaine Lehoux, membre du conseil d’administration de la Fondation CSSS Jeanne-Mance est venue présenter l’organisation et sensibiliser les étudiants sur la mission et les projets concrets qui sont soutenus par la Fondation. Aussi, Nardjes Rouighi, directrice-conseil et conceptrice-rédactrice chez Atypic et Lucie Charbonneau, directrice artistique d’Atypic et chargée de cours au Collège Salette sont venues « briefer » les étudiants sur les enjeux, les objectifs et les stratégies de communication définies pour la Fondation.

Les étudiants, qui entament leur dernière session du programme en design graphique, disposent d’environ deux mois pour transcrire en éléments graphiques (logo, papeterie, normes graphiques, etc.) et en contenus (vidéos) les messages véhiculés par la Fondation. Le but est de permettre à la Fondation CSSS Jeanne-Mance de mieux accomplir sa mission en renforçant sa visibilité et son image de marque.

Un beau défi pour ce projet concret de fin d’études, inscrit dans la réalité d’un vrai client, et auquel nous souhaitons le meilleur des succès! Soyez certains que nous vous tiendrons au courant de ses évolutions dans les semaines à venir…

 

Voyage culturel de Salette à New-York, avril 2014

Salette à NY – Avril 2014 réalisée par Samuel Hubert pour le Collège Salette sur Vimeo

Depuis plus de 20 ans, le Collège Salette organise au printemps un voyage culturel à New York auquel tous les Salette (ex et présents, chargés de cours et équipe administrative) sont conviés. L’occasion de [re-]découvrir la richesse culturelle et historique de cette incroyable ville à travers des préceptes artistiques et créatifs.

NY

À NY, une simple promenade est synonyme d’inspiration et d’évasion. Il suffit de regarder l’architecture et ses particularités évoluer au fil des rues et des quartiers, d’observer les New-Yorkais dans leur quotidien et de se laisser imprégner par l’énergie ambiante.

NY

De Central Park à la Statue de la Liberté, en passant par la High Line et la multitude des galeries de Chelsea, rien ne nous a échappé. Nous nous sommes aussi rendus à la Society of Illustrator.

Society of Illustrators

 

 Society of Illustrators

Portrait de Philippe Tardif, Journaliste-graphiste à La Presse et conférencier au Collège Salette

PORTRAIT D’EX-ETUDIANT DU COLLÈGE SALETTE

Philippe Tardif a eu très jeune la piqûre du design graphique. Il s’est prêté avec enthousiasme à notre jeu de « question-réponse » et nous dévoile son parcours, sa perception du métier et les enjeux actuels liés aux technologies numériques.

Q/ Collège Salette : Parlez-nous de votre rôle au sein de La Presse et de votre apport au projet La Presse+?
R/ Philippe Tardif :
Je suis journaliste-graphiste et par conséquent je suis au service de l’information. Mon travail consiste essentiellement à rendre l’information compréhensible et belle. Une donnée juste et intéressante traitée de façon simple et claire permet de mieux comprendre un enjeu précis.

Après de nombreuses années passées au papier, mon mandat au sein de l’équipe de designers de La Presse+ consiste à développer des approches novatrices, originales et esthétiques dans la façon de présenter l’information sur notre plateforme numérique.

Philippe Tardif

C.S./ Quelle est votre vision de votre métier?
P.T./ 
Le monde des médias vit présentement un changement de paradigme. Il ne faut plus seulement s’adapter : il faut innover. Nous sommes en train de passer d’un système à un autre, c’est formidable. L’information aujourd´hui c’est : « any where, any time, any device ».

La demande est également intense à toute heure du jour. Je vois dans cette révolution de l’accès à la connaissance, un précédent historique. Avec les nouvelles générations qui ont déjà l’habitude des tablettes et des écrans, l’information sera de plus en plus ouverte, gratuite, mais aussi en libre accès. Qu’adviendra-t-il de la nature de l’information ? Deviendra-t-elle une expérience ludique ou simplement l’expression de témoignages et d’émotions ? Qui sait… Je crois d’ailleurs que le plus grand défi auquel les designers doivent faire face actuellement est la durabilité.

C.S./ Qu’est-ce qui caractérise votre façon de travailler?
P.T./ Rigueur, simplicité et clarté.
 J’aime beaucoup traiter les sujets de façon ludique, lorsque c’est possible.

C.S./ Qu’est-ce qui vous inspire ou vous passionne dans votre métier?
P.T./
 La nouveauté.

C.S./ Y a-t-il eu un déclencheur qui vous a amené à exercer votre métier? Si oui, quel est-il?
P.T./ J’ai aimé le dessin dès un très jeune âge. Quand j’étais enfant, mon père m’amenait souvent bouquiner au Palais du livre de Montréal. J’y ai découvert le magazine français Métal Hurlant. Ce fut mon premier contact avec la BD et une véritable révélation pour moi…

Inspirations_1_pf

Je crois qu’un autre élément marquant fut un livre que ma mère m’a donné : la 17e édition du magnifique SpeedBall Text Book de Ross F. George (que je possède toujours). J’ai commencé à m’intéresser à la typographie et à reproduire des caractères avec des plumes SpeedBall et de l’encre que j’achetais au Pavillon des Arts, rue Saint-Denis, un lieu que je fréquentais dès que j’en avais l’occasion ou les moyens, c’est selon (que d’argent investi dans des feuilles de Letraset et des plumes techniques de marque Rotring !).

Adolescent je me suis mis à collectionner les BD de Mœbius, Druillet et Bilal pour ne nommer que ceux-ci. Ma plus forte influence demeure celle de Reiser, ce qui est assez drôle. … J’ai toujours voulu être un graphiste.

InspirationsBD_pf

C.S./ Ex-étudiant Salette, avez-vous une anecdote à partager sur votre passage au Collège?
P.T./ Je me souviens avoir travaillé avec du Rubylith lors de mes études. Pour ceux qui ignorent ce qu’est le rubylith, tapez le mot «préhistoire» dans Google 😉

C.S./ Quelles raisons vous poussent à venir enseigner aux étudiants de Salette?
P.T./ Je veux provoquer des tsunamis ! Je veux donner aux étudiants une piste de réflexion sur le sens réel de ce que représente le métier de designer graphique.

Exercer un métier créatif, c’est avant tout se poser des questions avant de tenter d’apporter des réponses. Je cherche à provoquer chez les élèves ce fameux déclic qui fera naître l’envie de faire du design et d’en savoir davantage sur les responsabilités, les principes et les valeurs qui sont reliés au métier. L’enseignement ne doit pas seulement transmettre des connaissances, il doit doter les élèves de compétences et d’attitudes pertinentes. J’espère qu’en leur apportant un éclairage extérieur ils seront mieux préparés à affronter les réalités qui les attendent tout au long de leur carrière.

C.S./ Qu’est-ce que la créativité selon vous?
P.T./ La créativité, c’est un état d’esprit.

 

COURTE BIOGRAPHIE

Philippe Tardif travaille dans les communications graphiques depuis 1995. Il a travaillé en tant que directeur artistique en agence de publicité, mais aussi dans le domaine de la muséologie, en multimédia et en imprimé. Depuis 2005, Philippe Tardif est journaliste-graphiste à La Presse. Il fait partie de l’équipe des projets spéciaux de La Presse+, l’édition numérique gratuite de La Presse. Philippe Tardif s’est distingué à plusieurs reprises par des prix d’excellence au Québec, au Canada, ainsi qu’à l’étranger. Depuis 2011, Philippe Tardif donne régulièrement des conférences aux étudiants du Collège Salette pour transmettre ses connaissances et partager son expérience professionnelle avec la relève.

Portfolio de Philippe Tardif - Extraits

PRIX ET MENTIONS (liste partielle)

 

Nouveaux portfolios d’étudiants en Design graphique

Les portfolios des étudiants finissants de la session d’hiver du programme en Design graphique sont en ligne!

Tout beaux, tout chauds, ils sont à peine sortis de la tête de leurs créateurs, jetez-y un œil!

Portfolios des étudiants - Programme Design graphique - Session Hiver 2014

#4 La porte est ouverte!

LES 5 + DE SALETTE

Si le Collège Salette est une voie directe vers l’emploi, c’est aussi dû à l’état d’esprit d’ouverture et de dialogue insufflé par son équipe dirigeante. Chaque étudiant est considéré comme unique. Il est accompagné tout au long de son cursus en fonction de ses aptitudes et de ses ambitions pour l’amener à développer son plein potentiel professionnel.

Portfolios des finissants

Que celui-ci soit plus doué pour la technique ou la créativité, l’illustration ou l’intégration, l’infographie ou le Web, peu importe! Il pourra faire l’apprentissage des rouages des métiers reliés aux arts graphiques, en plus d’être guidé vers l’éclosion de son talent propre.

La « politique de la porte ouverte » règne en maitre au Collège. Elle renforce l’écoute et la proximité nécessaires entre les étudiants, l’équipe dirigeante et les chargés de cours pour développer confiance et compétences. Il y a aussi les 5 à 7, les soirées de remise des diplômes, les voyages culturels, les visites, les conférenciers et les activités proposées par le Collège et dans lesquelles tout le monde s’implique.

On peut même aller jusqu’à évoquer la « famille Salette »! Avec ses soixante-douze ans d’existence, Salette voit maintenant les enfants d’anciens étudiants franchirent ses portes pour marcher dans les pas de leurs parents et faire leur place dans l’industrie québécoise des communications.

Voir les portfolios des finissants

 

Lire les autres textes publiés de la série « LES 5 + DE SALETTE »
#1 LE DESIGN, UN POINT C’EST TOUT!
#2 PAR DES PROS, POUR DES PROS
#3 DES PROGRAMMES CONCOCTÉS “AUX PETITS OIGNONS”
#5 UN PONT ENTRE LA RELÈVE ET L’INDUSTRIE

#2 Par des pros, pour des pros

LES 5 + DE SALETTE

Nulle part ailleurs qu’au Collège Salette vous ne trouverez un enseignement en arts graphiques aussi riche et précis pour former ses étudiants à acquérir les connaissances et les réflexes des professionnels. Pourquoi?

Parce que la particularité de l’ensemble des chargés de cours de Salette est d’être en pleine activité professionnelle, que ce soit comme directeur artistique, illustrateur, stratège technologique, consultant, directeur de création, motion designer, chef d’entreprise ou associé, webmestre, artiste visuel, ergonome, infographe ou photographe, etc.

Portfolios des étudiants finissants

Collés sur la réalité de l’industrie québécoise, les enseignants de Salette sont au fait des évolutions technologiques, des modes et nouveautés dans leur domaine, des besoins du marché. Alors chaque année, ils participent activement à la mise à jour du contenu des cours des programmes proposés au Collège.

Aux chargés de cours s’ajoutent des intervenants extérieurs qui viennent ponctuellement partager leurs connaissances à travers des conférences ou sur des sujets spécifiques.

Le Design se situe à la croisée des chemins entre les arts, la typographie, la technologie numérique et la communication. Les chargés de cours proviennent donc d’horizons variés pour offrir un enseignement complet et équilibré. Ils possèdent tous un bagage artistique, technique et technologique, en plus de travailler dans leur champ d’expertise.

Les chargés de cours créent aussi une synergie entre les étudiants et les acteurs du milieu en favorisant le réseautage.

Voir les portfolios des finissants

 

Lire les autres textes publiés de la série « Les 5 + de Salette »
#1 LE DESIGN, UN POINT C’EST TOUT!
#3 DES PROGRAMMES CONCOCTÉS « AUX PETITS OIGNONS »
#4 LA PORTE EST OUVERTE
#5 UN PONT ENTRE LA RELÈVE ET L’INDUSTRIE

 

#1 LE DESIGN, UN POINT C’EST TOUT!

LES 5 + DE SALLETTE

Le Collège Salette a choisi de suivre une seule voie, celle de l’enseignement exclusif des métiers artistiques et plus précisément, de tout ce qui se rattache au design graphique, au design web et à l’illustration publicitaire.

La qualité de ses programmes réside en partie dans cette direction claire et sans concession donnée par ses fondateurs et perpétuée par sa Directrice actuelle, Ginette Gervais. C’est d’ailleurs en connaissance de cause qu’elle affirme que « tous nos programmes mènent directement au marché du travail ».

Le design, un point c'est tout!

Il est vrai qu’avec une expérience de presque 70 ans dans son domaine, le Collège Salette a fourni à l’industrie québécoise bon nombre de graphistes, designers web, illustrateurs, communicateurs, publicitaires, directeurs artistiques ou de création, infographes et intégrateurs ou autres professionnels, dont plusieurs sont devenus des références dans le milieu créatif.

En naviguant sans cesse et depuis toujours dans la réalité des arts graphiques et du monde de la communication, Salette peut transmettre un enseignement pointu des outils, méthodes et connaissances nécessaires aux étudiants pour les amener à devenir de vrais professionnels. Cet univers est d’une grande richesse, il touche à plusieurs disciplines connexes et nécessite des connaissances à la fois vastes et très concrètes pour bien former la relève. Les contenus des cours ont bien sûr évolué avec les modes, les technologies et les besoins du marché, mais le champ des compétences est toujours resté le même.

Cette volonté de spécialisation dans son enseignement est la pierre angulaire sur laquelle le Collège Salette a bâti sa notoriété.

Voir les portfolios des finissants

 

Lire les autres textes publiés de la série « LES 5 + DE SALETTE »
#2 PAR DES PROS, POUR DES PROS
#3 DES PROGRAMMES CONCOCTÉS “AUX PETITS OIGNONS”
#4 LA PORTE EST OUVERTE
#5 UN PONT ENTRE LA RELÈVE ET L’INDUSTRIE

 

Atypic et le Collège Salette s’engagent dans un même élan pour le secteur pluriel

Création de MoodBoard pour AGPG

Atypic est la référence montréalaise en matière d’accompagnement des organisations du secteur pluriel* qui regroupe les organismes à but non lucratif (OBNL). Atypic offre ses services à la réalisation de leurs projets stratégiques, de communication et de financement. Ginette Gervais, Directrice du Collège Salette, a récemment conclut une alliance à long terme avec le président et fondateur de la firme Atypic, Pascal Lépine.

Lucie Charbonneau, Directrice artistique chez Atypic et Chargée de cours au Collège Salette, est à l’origine de ce partenariat. Consciente des besoins de chaque entité, elle a provoqué leur rencontre et motivé cette association gagnant-gagnant !

Création de MoodBoard pour AGPG

L’objectif de cette entente est d’offrir gracieusement à certains clients sélectionnés par Atypic, la conception graphique d’outils de communication. Ceux-ci seront développés par les étudiants de dernière session du programme de Design graphique du Collège Salette. Les OBNL ont ainsi la chance de bénéficier d’une stratégie de communication créée par Atypic et de se doter d’outils visuels conçus par les étudiants de Salette.

Pour Ginette Gervais, cette association de talents est une merveilleuse opportunité. Dorénavant, au fil des sessions, chaque cohorte d’étudiants finissants travaillera sur une commande réelle. Un des bénéfices est la synergie créée entre les protagonistes, une démarche pédagogique optimale qui prolonge l’engagement social du Collège Salette et rejoint le fondement des OBNL : le partage.

C’est avec l’Association des professionnels en gestion philanthropique (APGP) que le projet est lancé mi-janvier. Marc-André Saint-Onge, Coordonnateur dons majeurs et planifiés, est venu rencontrer les étudiants et exposer les besoins de son association. Ensuite, les étudiants ont été répartis en plusieurs équipes de travail concurrentes, ils disposent de deux mois pour définir le nouvel axe graphique et concevoir les éléments nécessaires à la présentation finale au client.

Après le récit de la genèse de cette toute nouvelle aventure, nous vous donnons rendez-vous en mars pour découvrir l’ambiance de la présentation au client, les réalisations de chaque équipe, le projet retenu et les réactions de chacun. D’ici là, nous souhaitons bonne chance à tous les participants!

Création de MoodBoard pour AGPG

* « Nommé ainsi par le Dr Henry Mintzberg afin de le différencier des secteurs public et privé, le secteur pluriel regroupe les organismes à but non lucratif (OBNL) et les organismes de charité, notamment les organismes non gouvernementaux, organismes communautaires, fondations, associations professionnelles, coopératives, mutuelles, maisons d’enseignement et établissements de santé. » (source : site Web d’Atypic)

 

Autre article en lien avec le sujet
Partenariat entre la firme Atypic et le Collège Salette : un premier mandat livré avec succès